Avoir un beau gazon sans pesticide

le Toutes mes vidéos
Avec les restrictions dues au Covid-19, les jardineries sont fermées. Mais ce n’est pas pour autant que les jardiniers sont désœuvrés, il y a des travaux qui peuvent être réalisés, notamment les soins de saison à apporter à ta pelouse.

Comment faire ?

Arracher les mauvaises herbes

La gouge, traditionnellement utilisée pour récolter les asperges, a une forme très pratique pour arracher les pissenlits et autres herbes indésirables, dotées d’une longue racine en pivot, qui ont élu domicile dans ta pelouse. Il suffit d’enfoncer la lame étroite, en forme de gouttière dont l’extrémité est bien affûtée, dans le sol le long de la racine pivotante puis de soulever en tenant la rosette de la mauvaise herbe à enlever. Cette opération peut demander plusieurs interventions. Et si tu n’as pas de gouge, tu peux utiliser une fourche-bêche.

Lutter conte la mousse envahissante

La mousse a tendance à se développer si ta pelouse est située sur un terrain ombragé ou sur un sol acide, paramètres accentuant encore ce phénomène. Pour avoir un beau gazon, il est possible d’effectuer jusqu’à deux scarifications par an.

Interviens une première fois à la fin de l’hiver ou en tout début de printemps.

La deuxième scarification pourra avoir lieu en automne pour fortifier le gazon avant la mauvaise saison. Pour plus d’efficacité, la pelouse devra être humide sans être détrempée, arrose-la un ou deux jours avant ton intervention.

Combler les trous

Pour réparer les zones où la pelouse est abîmée, on utilise un gazon de regarnissage. Il existe des semences pelliculées avec de l’argile, que les oiseaux ne mangent pas. Il faut tout d’abord préparer le sol, en griffant légèrement la terre aux endroits que tu souhaites ensemencer. Utiliser une griffe à main ou un râteau. L’objectif est de décompacter la terre, qui a été tassée par le piétinement. Épands les graines à la main en les répartissant de façon régulière. Avec son enrobage vert/bleu, le gazon de regarnissage se voit bien! Pas la peine de tasser les semences: compte environ 40 g par mètre carré.